Les Forces Françaises en Allemagne (FFA) ont des plaques différentes selon qu'il s'agit de véhicules mlitaires ou de véhicules privés appartenant aux militaires stationnés en Allemagne.
Article de Jean-Emmanuel et Jean Schuliar, désormais décédé.

Vehicules militaires : 

Historique : Juste après 1945, les véhicules militaires pouvaient soit avoir conservé leur immatriculation de guerre soit provenir de dotations pour les administrations et dans ces cas, les véhicules avaient des plaques noires avec DO suivi ou précédé de 5 chiffres en blanc sur fond noir. Ensuite, elles ont eu des plaques rouges avec chiffres blancs, pour l'ensemble des véhicules accompagnées d'une plaque additionnelle avec les lettres TOA (Troupes d'Occupation en Allemagne), puis par la suite la plaque additionnelle FFA. 
Depuis une quarantaine d'année, beaucoup utilisent les immatriculations militaires sur fond noir, quelquefois sur fond rouge, et les FFA n'avaient d'immatriculation spécifique qu'à de rares exceptions : Elles commençaient par E pour les économats et S pour les véhicules administratifs (Services), souvent suivi par 998 et 3 autres chiffres. Depuis 2005 environ, ont été observées quelques plaques d'économats au format 2+4 chiffres (comme pour les véhicules privés), commencent par 00, sur fond bleu ou sur fond noir.

      

     

Véhicules privés des militaires stationnés en Allemagne : 

Historique : Pour les véhicules civils des français à Berlin, il y a eu quelques rares plaques sur fond vert commencant par CW, puis des plaques GMB (Gouvernement Militaire de Berlin) suivi ou précédé de 5 chiffres en blanc sur fond noir. 

Par la suite les plaques commençaient par FZ (Französische Zone) pour celles stationnées à Berlin (format Allemand sur fond noir). Ne pas les confondre avec celles des militaires Allemands en France, dont les plaques commencent par DF et existent toujours - Voir aussi les anciennes forces de l'OTAN en France.

        

Plus courantes sont celles des personnels stationnés dans les régions plus proches de la frontières, composée de 2 + 4 chiffres (format Français sur fond bleu, utilisé semble t'il depuis le début des années 50) selon les régions. Le deuxième numéro (ci-dessous 1) indique le bureau de délivrance :

1= Baden-Baden, 2=Freiburg, 3=Landau-Pfalz, 4=Trèves-Constance jusqu'en 1977 puis Saarburg, 5=Villingen, 6=ex-Tübingen jusqu'en 1977 (Autre hypothèse : Offenbourg et Oberkirch, Kehl), 7=Reutlingen depuis 77 (Autre hypothèse : Tübingen et Retlingen sans interruption). 
La plupart des garnisons ont fermé le 1er juillet 1999, mais certaines sont encore actives en 2001 dans la cadre de l'Eurocorps. C'est la raison pour laquelle ile est encore fréquent de voir des plaques ayant comme deuxième numéro le 1, le 5 (Müllheim, Immendingen et Donaueschingen ou encore le 4 (Saarburg-Beurig, au sud de Trèves). Curieusement, le code 3 est en train de réapparaitre avec les plaques portant l'Eurobande.