Les Immatriculations en Alsace-Lorraine, depuis 1906
1912, Ribeauvillé :         -         Alsace et Lorraine entre 1941 et 1946

Une synthèse des connaissance sur le sujet a été rédigé par Thierry Baudin dans sa rétrospective de l'histoire des plaques françaises pour le MEEDDAT, dont voici un extrait.

Pour en savoir plus, voici sous forme de questions/réponses, l'état de nos connaissances sur le sujet. Il s'agit d'extraits de messages relatifs aux départements de l'Alsace-Lorraine, entre  Thierry Baudin,  Jean Schuliar (malheureusement décédé) et Jean-François Zuraw

Jean-François Zuraw :  L'Alsace a t'elle gardé la numérotation française pendant la Seconde Guerre Mondiale ? Non :  En effet, grâce au site de Joël Marsy sur le 67, nous savons que les départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin avaient été rattaché à Baden entre 1941 et 1945. C'est pour cela que les séries spéciales deux roues, remorques et tracteurs agricoles n'ont été mises en place qu'en 1946 pour l'Alsace et la Lorraine. 

Baden utilisait depuis 1906 le préfixe IV-B auquel ont été rajoutés les préfixes :
    IV-ST Straßburg (1941-45, France)
    IV-T Altkirch, Mühlhausen und Thann (1941-45, France)
    IV-U Erstein, Molsheim und Schlettstadt (1941-45, France)            Schlettstadt = Sélestat
    IV-X Gelschweiler, Kolmar und Rappoltsweiler (1941-45, France)
    IV-Z Hagenau, Weißenburg und Zabern (1941-45, France)              Weißenburg = Wissembourg,   Zabern = Saverne

Concernant la Lorraine, elle était considérée comme un protectorat et a utilisé le préfixe Wm (Westmark - Lothringen). Des informations avaient été trouvées sur l'ancien site de Dick de Winter 

On peut donc récapituler l'historique suivant :
- 1906-1922 : préfixes VI-A (67), VI-B (68) et VI-C (57)
- 1922-1928 : utilisation de la lettre J pour l'arrondissement
- 1928-1941 : codes NV, PB et LH
- 1941-1945 : administration allemande
- 1945-1950 : code NV, PB et LH
- 1950- : codes 67, 68 et 57

Reste à savoir s'il y a eu une rupture (en terme de suite de numéros) dans l'attribution des immatriculations avec les codes français entre 1928 et 1950. 

 

Thierry Baudin : Le problème de savoir si les Allemands ont réimmatriculé en 1940 ou 1941 des véhicules de la série 1928-1950 est toujours posé, sans réponse sûre. On ne sait quand les Allemands ont commencé à numéroter les véhicules nouveaux, on ne sait quel volume a été émis. L'examen des évolutions des immatriculations françaises émises après 1945 dans les départments rétablis ne montre pas un gros pic en 1946 des immatriculations, provenant de la réimmatriculation des véhicules ayant commencé à circuler en 1940 ou 1941 sous une immatriculation allemande. La tendance était plutôt à la reconstruction, d'où une tendance à la mise en circulation de nouveaux véhicules (autant que l'offre réduite d'immédiate après-guerre le permettait), alors que la quantité des immatriculations allemandes doit avoir été limitée, en période de guerre et dans une Alsace-Lorraine désertée par ses habitants civils français. Donc la différentiation sur l'analyse 1946-47-50 et après ne peut donner grand'chose, d'autant que les véhicules français qui auraient été réimmatriculés en 1940-41 en série allemande (si cela s'est bien produit), ont pu reprendre leur numéro du système de 1928, ce qui n'aura pas gonflé les immatriculations après 1945.
___________________________________________________________________________________ 

Thierry Baudin :... Les Allemands en 1941 ont repris pour l'Alsace (67 et 68) les Kreise de 1871, ce qui correspond en gros aux arrondissements d'aujourd'hui (il y a pas mal de sous-préfectures dans le Bas-Rhin et le Haut-Rhin, plus que dans les autres départements français). En Moselle, on dirait que les Allemands avaient créé en 1941 des Kreise supplémentaires (comme Saint-Avold, donc), mais il faudrait aussi savoir quelles pouvaient être les sous-préfectures en Moselle en 1940. Je m'étonne simplement que Jean dise qu'il restait extrêmement peu de véhicules dans cette région après 1940, (et donc susceptibles d'être ré-immatriculés), il va falloir préciser ce détail.
___________________________________________________________________________________ 

Jean Schuliar : Il s'agit bien de Guebweiler (Guebwiller en français) et non Gelschweiler comme indiqué sur certains sites. Ne pas oublier qu'un Septembre1939 et mois suivants, un grand nombre de véhicule civils français avaient été réquisitionnés. De plus lors de l'exode vers l'intérieur de la France, de nombreux véhicules se sont retrouvés dans le flot des réfugiés se dirigeant vers le Sud, ce qui fait qu'il ne restait pas grand monde et véhicules après Juin 1940. Je pense; et d'après les Kraftfahrezugbrief que je possède, que de nombreux véhicules sont venus d'allemagne pour au moins relancer l'économie locale et surtout les Houillères à Forbach et Freyming. Il existe de nombreuses photos du déblaiment des ponts ( explosés par les français en 1939 ) où l'on voit des véhicules avec immatriculation RAD -..... sur des camions Man, Mercedes, etc.

- Question : Le Grand Reich a-t-il réimmatriculé en 1940 les véhicules qui avaient été immatriculés selon le système de 1928, pour améliorer la germanisation ? Et 1940 ou 1941 pour la mise en place du système allemand ?
Réponse : J'ignore si le Reich a immatriculé en plaques allemandes d'anciens véhicules français. Je pense que oui mais n'ai pas la certitude et ce doit être de toute façon en quantité réduite. Ne pas oublier non plus que lors de l'avance des alliès vers les frontières du Reich, de très nombreux véhicules ont été réquisitionnés, cette fois par les allemands, pour rapatrier au plus vite les troupes allemandes vers l'allemagne et de ce fait, rares sont les véhicules qui sont restés en Alsace-Moselle. Et comme leurs congénères de la débacle de 1939, ils ont fini également mitraillés ou pulvérises le long des routes et par la suite ont fait le bonheur des ferrailleurs.. Voilà pour le petite histoire.

- Question : Même si les Kreise de 1940 en Lorraine (Westmark) n'avaient pas de code alphabétique, mais seulement un préfixe numérique, est-ce que leur liste était la même que celle de 1871 -Bolchen-Château-Salins-Diedenhofen-Forbach-Metz-Land-Metz-Stadt-Saarburg 360-Saargemünd 373 ?
 On dirait que non, parce que le 362 a été affecté à Saint-Avold, donc ce devait être un Kreis en 1940, alors que Saint-Avold dépendait du Kreis de Sarreguemines en 1871.
Réponse : Pour la numérotation, et les noms des lieux, villes annexés par Hitler, les noms de 1871 en allemand, ont simplement été repris. Bolchen ( ex-Boulay ) , Duss ( ex-Dieuze ), Diedenhoffen ( Thionville ), Salzburg ( ex Chateau-Salins ), etc, etc. 
Quant aux codes attribués, je pense que cela date de 1941, car avant, c'était français et il semblerait difficile d'admettre que les allemands aient conservé les numérotations françaises.
___________________________________________________________________________________ 
Thierry Baudin :  Voici 2 liens qui expliquent le découpage de 1871 :
 - http://alsacegenweb.online.fr/1871.jpg ; je me rends compte de que le départment des Vosges a aussi contribué à l'Alsace-Lorraine de 1871 (les cantons de Saales et Schirmeck lui ont été enlevés), et que ces deux cantons sont restés dans le Bas-Rhin en 1919 ;
 - http://perso.wanadoo.fr/michel.barbier/AlsaLor-accueil.html cette liste des communes et des Kreise de 1871 est intéressante, cela permet de dire que le Kreis était à peu près équivalent à l'arrondissement, et que le découpage de 1940 n'était pas loin de celui de 1871 (il paraît que Hitler a rétabli la frontière en 1940 exactement comme elle était avant 1919).
___________________________________________________________________________________ 

Jean Schuliar répond aux questions de Thierry Baudin

Questions : Nous n'étions  pas persuadés de ce que le système allemand avait été appliqué en Alsace  et en Lorraine pendant la seconde guerre, d'après les évolutions des  numéros français - qui avaient l'air d'avoir évolué à un rythme normal,  mais il semble bien que si. Avez-vous un éclairage à apporter ?  Par exemple, la Lorraine allemande de 1941 correspondait-elle exactement au département de la Moselle, ou l'administration allemande a-t-elle réinstitué les découpages de la période d'annexion, 1870-1919 ? On peut  penser que cette deuxième hypothèse est la bonne, comme les villes  d'Alsace mentionnées avaient dû récupérer un statut de Kreis, plus ou moins. Avez-vous justement des détails sur les découpages administratifs  utilisés en Alsace et en Lorraine pendant cette (triste) période ? C'est étonnant d'ailleurs, que la Lorraine soit devenue un "protectorat", alors que l'Alsace était complètement fondue dans l'Allemagne...
Et pensez-vous que les véhicules immatriculés en France suivant le système de 1928 ont dû être ré-immatriculés à partir de 1941, en application de la  politique d'intégration du 3ème Reich sur ces territoires "regagnés" ?

Réponses :  Je réponds aux questions sur l'Alsace-Lorraine.
Tout d'abord il faut dire que trop de gens font l'amalgame entre département de la Moselle et le Lorraine toute entière.  L'Alsace comprend 2 départements : Bas et Haut Rhin. La Lorraine comprend les départements 54, 55 , 57 et 88. Avant 1870, le département de la Moselle ne faisait qu'un avec la Meurthe et Moselle et s'appelait le département de la Meurthe. Ainsi SARREBOURG se trouvait dans le départment de la Meurthe (A l'époque, la numérotation des départements n'existait pas et pour cause, il n'y avait pas de voitures !). Suite à la défaite de 1870 ( rappelez vous Gravelotte, Reichshoffen, etc) les Prussiens ( les allemands n'existaient pas encore !)  ont piqué à la France l'Alsace (pratiquement en entier, sauf Sainte Marie aux Mines et quelques petits villages parlant français) et surtout la partie Nord et Nord-Est du département de la Meurthe et ce département a donc été séparé de la France. La nouvelle frontière suivait en gros le tracé de la ligne de chemin de fer Sarrebourg - Metz . A l'est de cette ligne, c'était la Prusse, et à l'Ouest, la France par l'intermédiaire du département de la Meurthe. 
Cette situation a duré jusqu'en 1918 date à laquelle les français ont viré  les prussiens et le Kaiser. Par suite de l'arrivée au pouvoir de Hitler qui rejettait le Traité de Versailles de 1919 et de la déclaration de guerre en 1939, la Moselle fut à  nouveau annexée au Reich allemand et pris le nom de WESTMARK . la frontière qui existait alors avec la Sarre fut supprimée et toute  l'administration centrale allemande se fit à SARREBRÜCKEN. La zone était étroitement surveillée ; plus que la ligne de démarcation séparant la France occupée de la France dite libre ou non occupée. Voilà pour le petit cours d'histoire !

 Pour les plaques, il faut considérer plusieurs périodes : 
 - jusqu'en 1919 et même 1922 , il semble que les plaques étaient d'origine allemande sous la forme comme indiquée dans RPW 4. VIA pour Basse Alsace (Strasbourg et en gros le département actuel 67 )- VIB pour Haute Alsace ( en gros le département actuel 68) - VIC pour le partie annexée de la Lorraine (en gros le département actuel 57). Pour ce genre de plaques, celles-ci apparemment sont introuvables et subsistent seules des photos de  famille où on peut les lire.
 - A partir de 1919 et selon les ex-départements annexés et retournés à la  France, les véhicules ont repris le système français en cours, jusqu'à le
 nouvelle réglementation de 1928.
 - Suite à l'occupation des 3 départements Alsace et Moselle en Juin 1940, Hitler considérant que ces département avaient toujours fait partie du Grand Reich en a décidé l'annexion pure et simple avec expulsion des éléments francophones et francophiles y demeurant ( Ainsi; l'Université de Strasbourg s'était repliée à Clermont Ferrand.) Pour les plaques, les départements 67 et 68 furent rattaches à BADEN-BADEN au niveau administration centrale avec toutefois un Gauleiter à STRASBOURG et ces plaques furent délivrées  par l'administration allemande en place. Ainsi IVST pour Strasbourg, IVT pour Thann, Mulhouse et Altkirch, IVU pour Erstein,Molsheim et Sélestat,  IVX pour Guebwiller, Colmar et Ribeauvillé, et IVZ pour Haguenau, Saverne et Wissembourg. Quant à la Moselle, celle-ci dépendant de SARREBRÜCKEN,  reçut des plaques commençant par Wm ( petit M). J'ai quand même quelques toutes petits infos sur la Moselle sur cette période. Il appaîtrait que chaque "Kreis" ( équivalent en gros à notre canton) avait  une identification distincte. Les plaques de Westmark étaient de la façon suivante : Wm  suivi d'un n° à 6 chiffres en noir sur fond blanc .Y figuraient également le tampon  encreur rouge du service qui avait délivré la plaque et il se trouvait également un V retourné de couleur rouge indiquant que le véhicule n'était soumis à aucune restriction de circulation. Il semble ( là, je n'ai pas la preuve absolue ) que sur les 6 chiffres , les 3 premiers indiquaient le Kreis.   Ainsi, Sarrebourg  Wm - 360 ... , Sarreguemines: Wm - 373 ... , Saint Avold : Wm - 362 ... ! C'est tout ce que j'ai pu identifier comme plaques par les  Kraftfahrzeugbrief.
 Pour les véhicules de l'administration, j'ai le carnet Kraftfahrzeugbrief du camion de pompiers de Fénétrange ( à 15 kms au Nord de Sarebourg ) et  ce carnet indique que le camion aurait dû avoir normalement une immatriculation en Wm, mais en fait il a reçu une immatriculation: Pol - 80682 !
 - Je possède 2 plaques Wm et une IVZ ( celle figurant dans RPW 4 page 256 ) . C'est pratiquement impossible à trouver. Il ne faut pas oublier que  les véhicules , lors de la retraite allemande ont été réquisitionnés et beaucoup de ceux-ci ont fini en ferraille au bord des routes sur le chemin de retour vers l'allemagne ( les ferrailleurs ont eu du travail sur la planche !).
 - Au retour des autorités françaises en 1944/1945 ( selon les départements ) , les immatriculations ont repris, je ne sais à quelle date mais à partir de 1950, tout était rentré dans l'ordre avec le nouveau système.
J'oubliais de dire, que naturellement, au départ des nazis, tout ce qui pouvait ressembler à des archives a été détruit ou si ce n'est par eux, c'est plutôt par les "excités résistants de la 25 ° heure " ( on en a en des résistants du 09 Mai 1945 !!!!). Sans commentaires ! 

 
Veuillez nous contacter pour tout apport d'information.